Imprimer la page

Le territoire Clauses sociales - Grands Chantiers A LA UNE et VIDEOS !

ZOOM sur l'engagement d'entreprises dans la clause

Angevin, C2R Façades, SOGEA, Groupe LEGENDRE, entreprise LÉON GROSSE,  entreprise COLAS,  Société d'Economie Mixte TERRITOIRES... Cliquez ICI

En ce moment à la Une !

D'un chantier d'insertion des Compagnons Bâtisseurs au Centre Dentaire du CHU de Rennes, la montée en compétences d'un bénéficiaire de la clause

Virginie BUSCA, vous êtes facilitatrice de la clause sociale. Nous allons parler du parcours d'une personne qui a commencé son parcours dans le cadre de la clause sociale en s'appuyant sur les Compagnons Bâtisseurs, un Chantier d'Insertion, et qui le poursuit actuellement par le biais d'une Entreprise de Travail Temporaire sur un chantier du Centre Hospitalier Universitaire. Pouvez-vous nous expliquer cela ?

La clause sociale correspond à une volonté politique des donneurs d'ordre de donner une dimension sociale forte à leurs achats. Ainsi une municipalité par exemple peut s'appuyer sur ce dispositif national pour favoriser l'insertion de personnes en difficulté via un chantier d'insertion ou avec un bailleur social sur sa commune pour construire des logements sociaux, dans ce cas l'opérateur de la clause pourra être une Entreprise Temporaire d'Intérim d'insertion, une Entreprise de Travail Temporaire conventionnée par la MEIF ou par le GEIQ du BTP du Pays de Rennes.

Aujourd'hui ce sont 24 partenaires qui se sont engagés sur notre territoire dans une charte d'activation de la clause sociale à promouvoir cette insertion des publics éloignés de l'emploi en intégrant des clauses sociales dans leurs marchés publics. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes est un de ses signataires, un donneur d'ordre particulièrement attentif au bon déroulé des clauses sociales et à la qualité des parcours en particulier.

 

Le parcours de Madi sur un marché du CHU ou comment monter en compétences grâce à la clause…

Abdourahamani MADI, vous avez commencé votre parcours en clause sociale en travaillant aux Compagnons Bâtisseurs et depuis novembre 2016 votre parcours se poursuit en intérim sur un chantier du Centre Hospitalier Universitaire (CHU). Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?

Je suis né à la Réunion, je suis arrivé en métropole en 2012. En arrivant à Rennes j’ai d’abord fait plusieurs petits boulots puis j’ai intégré le chantier d'insertion des Compagnons Bâtisseurs en 2015 : mon but au départ était d’apprendre le métier de maçon. En avril 2016, la MEIF a demandé aux Compagnons Bâtisseurs si certains étaient intéressés par une formation au CLPS avant d'intégrer une Entreprise de Travail Temporaire sur un chantier, j'ai été volontaire. On a travaillé sur toutes les règles de sécurité, j'ai appris des choses que je ne connaissais pas ; on a aussi parlé des attitudes qui pouvaient nous aider à bien intégrer une équipe sur un chantier.

J’ai ensuite intégré CRIT INTERIM : M.FRESNEAU m’a appelé en novembre 2016 pour me proposer un poste chez ALU RENNAIS sur le chantier du CHU. Je ne connaissais rien au métier de poseur de menuiserie alu que l’on me proposait mais pour moi c'était une opportunité d’apprendre un métier. Le chef de chantier d’ALU RENNAIS, Jean-Paul CHAUVIN, m’a très bien accueilli. Il m’a appris progressivement à poser des vitrages et des châssis.

Note de la MEIF: sur ce chantier du Centre Dentaire du CHU, 14 470 heures ont été réservées à des personnes en insertion dont 683 ont été réalisées par l'entreprise ALU RENNAIS (entreprise qui a bénéficié dans les 12 derniers mois de 1 630 heures de marchés publics clausés).

Monsieur CANTO, vous êtes le référent de la clause sociale pour le Centre Hospitalier Universitaire. Votre organisme est signataire de la Charte d'activation de la clause sociale.  Pouvez-vous nous expliquer ce que cela signifie et ce que représente votre engagement comme donneur d'ordre ?

Cette charte, signée en 2012, engage le CHU à mettre en œuvre une clause sociale dans tous les marchés de travaux et de services jugés pertinents pour accueillir ce dispositif. Pour les marchés les plus importants, la performance de l’insertion sociale fait partie des critères de choix des fournisseurs.

Ainsi depuis 2012, 25 350 heures au total ont été contractualisées dans nos cahiers des charges et effectuées par des publics prioritaires. En moyenne, l’objectif imposé est dépassé de 20%, ce qui prouve les entreprises y trouvent leur intérêt et sont pleinement acteurs des parcours d’insertion.

Au-delà du respect de la règlementation sur les marchés publics qui nous impose de prendre en considération des objectifs de développement durable, notamment dans leurs dimensions sociales, le CHU assume ainsi sa responsabilité sociétale en tant que 1er employeur public de la région Bretagne.

 

Monsieur CHAUVIN, vous êtes responsable d'Alu Rennais, comment s’est déroulé l’accueil de Monsieur MADI ?

Très bien, nous l’avons accueilli sur ce chantier du CHU et nous lui avons d’abord confié des tâches simples de manutention, puis au fur et à mesure, il a appris le métier. Abdou s’est très bien intégré et il fait maintenant partie à part entière de nos équipes. 

Note de la MEIF : afin de compléter sa formation et pour le faire gagner en compétences l’agence CRIT va financer tout début juillet une formation de CACES Nacelle (Certificat d'Aptitude à la Conduite en Sécurité).

 

Retour sur le chantier d'insertion des compagnons Bâtisseurs, la première étape du parcours de Monsieur MADI

Monsieur MADI, en début de parcours d’insertion au sein d'Etudes et Chantiers sur un chantier Espaces Verts a été orienté par ma collègue Conseillère en Insertion Professionnelle en juillet 2015 aux Compagnons Bâtisseurs Bretagne (CBB). 

Ma collègue a pris contact avec notre association car lors des entretiens de suivi à Etudes et Chantiers Monsieur MADI ne parlait que de travailler dans le bâtiment. Et, en effet, lors son entretien préalable à l’embauche, Monsieur MADI a exprimé avec force, motivation et conviction, son envie d’intégrer un chantier en maçonnerie aux CBB. Il a mentionné aimer travailler dehors et tout ce qui était physique, et qu’il avait déjà fait !

Monsieur Madi a su dès le début de son parcours s’emparer des propositions que nous lui faisions. Moins de 3 mois après son arrivée, soit en novembre 2015, il faisait déjà une Période de Mise en Situation en Milieu Professionnel dans une entreprise de maçonnerie/rénovation qu’il avait trouvé par ses propres moyens. Le retour de cette période par l’entreprise a été très positif.

Fin mars 2016, il a intégré le « SAS Vers l'Emploi » organisé par la MEIF. Le profil de Monsieur MADI a été présenté à quelques agences d’intérim, dont CRIT. Mr MADI a toujours été très entreprenant dès qu’on lui proposait un dispositif, un contact, une adresse pour aller vers le monde du travail en dehors de notre chantier d'insertion. Cette persévérance et sa grande motivation lui ont permis de commencer une mission en entreprise grâce à CRIT en novembre 2016 dans le cadre d’un marché clausé. Il est revenu passer le Certificat de Qualification Professionnel « salarié polyvalent » aux CBB, CQP qu’il a obtenu.

 

Mme Colette LHOSTE-CLOS, en quoi consiste concrètement l'accompagnement dans votre chantier d'insertion ?

Au sein des Compagnons Bâtisseurs, l’accompagnement proposé au salarié présente des facettes multiples.

Les rendez-vous individuels vont ponctuer le parcours en l’individualisant. Chaque personne arrive avec son histoire propre. A partir de là, les RDV permettront d’identifier ensemble les étapes pour aller vers l’emploi durable.

Dans cet objectif, nous avons développé de multiples partenariats. Le territoire rennais a cette force de proposer des actions diverses pouvant participer de l’insertion de chacun :
     - Auto-école sociale,
     - Découverte de métiers de l’exploratoire,
     - Forums métiers,
     - Les semaines thématiques de la MEIF,
     - Visite de centre de formation (GRETA, AFPA…),
     - Le guichet Atout Clause est venu enrichir ces possibilités.

C’est au travers du regard croisé de la personne, de l’accompagnatrice socioprofessionnelle et de l’encadrement technique que les étapes se construisent et que les relais peuvent intervenir au bon moment.

Nous avons un référentiel lié à notre démarche de validation des compétences qui nous permet de lister les attendus des entreprises : ponctualité, assiduité, mais aussi bases en français, maths, sécurité au travail…etc. Le période de mise en situation professionnelle (PMSMP) en entreprise va permettre de valider s’il y a un écart restant ou non entre le salarié et les attendus en entreprise. Le bilan de cette période peut constater un écart vis-à-vis de ces attendus mais valider un projet de formation qualifiante dans le domaine. Le salarié à son retour est plus au clair sur la suite de son parcours. Il reste difficile pour les salariés de trouver des entreprises qui acceptent de les accueillir en PMSMP sur une durée courte. Certaines entreprises comme l’entreprise TIRIAULT montre un vrai intérêt pour l’accueil, et plus particulièrement pour l’ouverture des métiers du bâtiment aux femmes salariées sur nos chantiers. Notre objectif serait d’arriver à développer un partenariat plus conséquent avec les entreprises mais cela reste à construire.

Lors du travail partenarial lié à des évènements tels que « la semaine du bâtiment » ou avec un de nos outils : la « plateforme de découverte des métiers du bâtiment », nous contribuons à faire découvrir ces métiers qui souffrent de pénurie de main d’œuvre, nécessite bien souvent plus de technicité que ne se l’imagine les néophytes. Le secteur privé des entreprises apprend à découvrir le vivier de salariés compétents à l’issue d’un parcours d’insertion, le guichet Atout Clause y contribue.

Pour en savoir plus sur les Compagnons Bâtisseurs