Imprimer la page

Le territoire Clauses sociales - Grands Chantiers A LA UNE et VIDEOS !

ZOOM sur l'engagement d'entreprises dans la clause

Alu Rennais, CMA Bois, Angevin, C2R Façades, SOGEA, Groupe LEGENDRE, Léon GROSSE, COLAS, Société d'Economie Mixte TERRITOIRES... Cliquez ICI

En ce moment à la Une !

Les coulisses du Métro sous l'angle de la clause sociale

Voici 1 portrait de bénéficiaire de la clause qui ont contribué à la construction de ce tunnel en travaillant au sein de l'usine BONNA SABLA située à Bruz (à une dizaine de km de Rennes) pour fabriquer des "voussoirs" : au fur et à mesure de sa progression, le tunnelier qui creuse le tunnel pose des anneaux en béton qu'on appelle des voussoirs ; ces pièces mises bout à bout forment l'armature en béton dans laquelle passera sur 8 km la partie souterraine du métro.

Quelques mots sur cette usine par Séverine LE CAM, facilitatrice de la clause sociale sur le chantier de la ligne B du Métro de Rennes

L'entreprise de béton Bonna Sabla a été sélectionnée pour construire les voussoirs qui vont former le tunnel de la ligne b du Métro. En 1997 déjà, c'était la même entreprise qui avait fabriqué les voussoirs de la 1ère ligne. Au total, Bonna Sabla a produit 94 000 m3 de béton pour construire le tunnel et acheté 6000 tonnes d'acier pour armer les voussoirs.

Premier sous-traitant désigné sur ce grand chantier, l'entreprise ne connaissait pas du tout le dispositif des clauses sociales. De nombreux échanges avec Madame Reynaud de l'association intermédiaire de Bruz et avec les entreprises de travail temporaire d'insertion du territoire ont permis d'organiser une démarche de recrutement soignée. Le fait d'intégrer des personnes en insertion dès le début de la production et une organisation par binôme ont été des atouts pour la stabilité des équipes.

Un objectif de clause sociale multiplié par… 4 !

Bonna Sabla devait réaliser 11 266 heures d'insertion. Elle en a réalisé 4 fois plus avec 44 596 heures au final ; elle a fait travailler 36 bénéficiaires de la clause (dont 28% habitent un Quartier Prioritaire de Rennes). La durée moyenne des missions a été de 8 mois par bénéficiaire avec certains parcours de 2 ans, comme celui de M. NKIODO.

« Ici, je me suis fait comme une seconde famille » (M. NKIODO, bénéficiaire de la clause)

Monsieur NKIODO, racontez-nous votre expérience chez Bonna Sabla ?

C'est un ami qui m'a parlé de ce travail. J'ai commencé directement avec ID'EES Intérim. Avant, j'avais travaillé un mois dans l'étanchéité. Je suis originaire du Congo, je suis parti pour des raisons politiques et j'ai construit une famille en Bretagne, je suis arrivé en 2007 à St Brieuc. J'ai travaillé tout de suite comme maçon-finisseur, j'ai été formé par un des permanents de l'usine avec qui je m'entendais vraiment bien, il m'a tout appris.

Qu'est-ce que ce travail vous a apporté ?

Ça m'a apporté de la stabilité, au niveau moral c'est dur de ne pas travailler surtout quand on a des enfants - j'ai 3 enfants, 2 filles ici de 5 et 10 ans mais aussi une fille à l'Université au Congo. Avec le RSA je ne pouvais pas aider les membres de ma famille qui sont restés au pays… Quand on ne travaille pas, on se démoralise et physiquement aussi ça ne va pas… Ici je me suis fait comme une 2è famille, on s'appelle en dehors du boulot.

Note de la Meif : M.NKIODO a été accompagné dans son parcours de la clause sociale par ID'EES Intérim, une Entreprise de Travail Temporaire d'Insertion. Véronique BENZAIM, directrice d'ID'EES témoigne : "M.NKIODO était bénéficiaire du RSA et sans emploi depuis 8 mois, il était titulaire d'une formation de canalisateur mais n'avait jamais exercé dans ce domaine, il n'avait ni le permis ni de moyen de locomotion. Il a d'abord travaillé pendant 5 mois dans le secteur des Travaux Publics et du bâtiment. Grâce aux missions, ses dettes ont été réglées ; il a aussi pu obtenir son code. Nous l'avons accompagné pour sa sortie du dispositif de la clause sociale : aujourd'hui, il travaille comme intérimaire au sein d'ADECCO Industrie."

Monsieur Eric VALLEE, vous êtes chef de production de l'usine. Pouvez-vous nous parler de la clause sociale telle que vous l'avez vécue ?

Au début, on avait, c'est vrai, un peu d'incertitude et puis nos craintes se sont envolées. Nico c'est un bosseur, ponctuel, et très minutieux, et c'est ce qu'il faut pour occuper un poste de maçon-finisseur.En fait très vite une relation de confiance s'est établie avec les gars en insertion et avec les structures qui les accompagnaient (Relais Emploi, et les ETTI) et nous avons sans problème réalisé 4 fois plus d'heures que celles que nous devions faire".

Forte de cette expérience sur notre territoire, l’usine Bonna Sabla de Bruz s’est vue confier la fabrication à partir de début 2018, d’une nouvelle affaire de voussoirs pour la région parisienne.

Exemple de pont-roulant sur lequel plusieurs salariés ont été formés grâce à la clause. Les ponts-roulants permettent de déplacer de très lourdes charges, le poste de "pontier" exige donc un grand sérieux.